12 RCA Historique

historique du 12 RCA

03 avril 2010

Le 4 août, premier mort, par accident, du Brigadier/Chef Nonce NICOSIA de l'E.H.R. à Vesly. 

Maréchal von KLUGE Commandant le Front de l'Ouest

Maréchal von KLUGE, commandant le Front de l'Ouest.

Dimanche 6 août, il prit l'itinéraire Coutances, Avranches, avec arrêt en fin de journée à La Rencontre, à 3 kms de Saint James. L'alerte fut donnée car des Unités de la Wehrmacht commandées par le Maréchal Von KLUGE tentaient de lancer une offensive à partir de la région de  Mortain vers Avranches dans l'espoir d'isoler le Cotentin. Dès l'arrêt, une fois les véhicules des unités disposés en carrés dans les herbages, des ordres furent donnés de faire particulièrement attention aux cadavres allemands piégés ! A chaque arrêt, la "poêle à frire" était de service pour détecter l'éventuelle présence de mines.  

Le lendemain, envoyé en reconnaissance vers St Hilaire-du-Harcouet, avec la mission de reconnaitre Mortain, le Peloton de l'Aspirant NOUVEAU du 3ème Escadron , accompagné de quelques Spahis du 2/1er R.M.S.M., surprit dans une ferme près de Mortain un État-major d'Officiers Allemands et réussit à les faire prisonniers. Pendant la nuit, bref passage d'avions ennemis contré par des tirs de DCA.

Vers 16 heures, le 8 août, le G.T.L., passant par Antrain, Vitré, Argentré, Cuillé, Quelaines, Chateau-Gonthier, arriva aux portes de Sablé-sur-Sarthe sans avoir eu de véritables contacts avec les Allemands. La veille, en se repliant, ces derniers avaient fait sauter les ponts sur la Sarthe. Dans les villages traversés, c'était une grande joie des habitants manifestée par des distributions de cidre, de vin et autres biscuits. En échange, les Chasseurs faisaient cadeaux de cigarettes et bonbons. 

Le Mercredi 9 août, de LANGLADE attendit que le Génie américain ait jeté 4 ponts de bateaux sur la Sarthe. Il reçut alors les ordres de LECLERC : « Ne vous attardez pas sur les résistances rencontrées. Manœuvrez-les si vous ne pouvez les réduire du premier coup. Votre premier souci, votre souci constant est celui de la vitesse. Au-delà des simples objectifs tactiques, souvenez-vous que le but stratégique consiste à faire, au plus tôt, liaison avec les Britanniques."

Le 10 août, le G.T. Langlade fut divisé en deux Sous-groupements. Le premier aux ordres de MASSU reçut le 2ème Peloton du 1er Escadron et le 2ème Escadrons du Régiment, le second Sous-groupement revenant au Chef d'Escadrons MINJONNET, le patron du 12ème R.C.A., qui conserva le 3ème Peloton du 1er Escadron et ses 3ème et 4ème Escadrons. Cela permettait d'avoir des chars Sherman répartis dans les deux Sous-groupements.

La mission consistait à couper l'axe Falaise-Argentan-Alençon tenu par la 9ème Panzerdivision allemande. L'itinéraire du jour prévu : Le Chatelet Saint Pavace près du Mans, Savigné, Courcebœufs, le Sablon, Mezières, le bivouac à installer à l'orée de Dangeul. 

Alors que le Sherman " COTENTIN " en pointe du Peloton de TRUCHIS du 1er Escadron arrivait en vue du village de la Saunerie près de Ponthouin (Sarthe), sur une route de 5 mètres de large serpentant entre deux haies épaisses et hautes, il fut attaqué et détruit au lance-flammes. Le MDL JEANNOT, Chef de char, fut brûlé, ainsi que le Brigadier Robert GROSJEAN, tous deux évacués vers l'arrière.

Le G.T.L. contourna donc Le Mans par l'ouest pour prendre ensuite la direction du nord-est par Sargé, Savigné-l'Evêque, Courcebœufs, au milieu des ovations de la population. Le terrain composé de bocages rendait les manœuvres de chars très difficiles. En tête du Sous-groupement MASSU, le 2ème Escadron du Lieutenant COUPÉ du 12ème R.C.A., avec ses deux chefs de Peloton, l'Adjudant/chef TITEUX sur son char "Corse" et le Lieutenant DOUBOSTER, deux anciens de la campagne de Tunisie.

 

12 RCA Sherman du 2

 

Le Sous-groupement du Lieutenant-colonel MINJONNET était réparti sur un front de six kilomètres, et avançait par quatre itinéraires parallèles. En pointe, le char "BORDELAIS" du Lieutenant ZAGRODSKI et ceux de son 1er Peloton du 4ème Escadron, suivi du 2ème Peloton du Sous-lieutenant d'ARCANGUES, du Peloton de MISCAULT et derrière eux, les Half-tracks des Marsouins. 

 12_RCA_carte_Sablons

Tous étaient aux aguets, prêts à intervenir dès que le contact serait pris avec l'ennemi.

Soudain, vers 9 heures, à un carrefour à la hauteur du hameau "Le Sablon", commune de Mézières-sous-Ballon, sur la D6 entre les villages de Ballon et de Bonnétable (Sarthe), le bruit d'un tir de canon et aussitôt le Sherman " BORDELAIS" du Lieutenant ZAGRODSKI, tiré par un anti-chars 88 allemand, s'enflamma.

FONDS LECLERC NOR 37

Le Sherman "BORDELAIS" du Lieutenant ZAGRODSKI

Collection Musée GAL LECLERC de HAUTECLOCQUE & Musée Jean MOULIN-Paris Musées

Le copilote, le 1ère Classe Gabriel DIONNET et le tireur, le Brigadier/Chef Jules CLEMENT, furent tués sur le coup, le Brigadier DONZELOT, pilote et le radio, le Chasseur MATHIEU, bien que sérieusement blessés, purent s'éloigner rapidement du char en feu. Le Lieutenant ZAGRODSKI sauta lui aussi du "BORDELAIS", mais à ce moment même, il fut fauché par un tir de mitrailleuse. Il mourut immédiatement au bas de son Sherman.  

 LT ZAGRODSKI

Au même instant, le Sherman "ARMAGNAC" qui suivait fut touché à son tour par un Jagdpanther et prit feu. Son équipage put évacuer sans dommage, à l'exception du Chef de Char, le MDL Aurélien COMBALIE qui vraisemblablement a du brûler à son poste dans le Sherman. Les deux chars suivants, "AQUITAINE" et "ENTRE DEUX MERS" furent également touchés alors qu'ils se repliaient. Les blessés purent être évacués par les infirmiers et soignés par les deux médecins NETIK et CONILL.  

Suivant les ordres du Capitaine HARGOUS, Commandant le 4ème Escadron, le char "NAVARRE" du Sous-lieutenant d'ARCANGUES et son Peloton qui suivait, commencèrent une manœuvre de contournement par le village de Sargé-lès-Le Mans, avec le soutien de "l'Air Support", des "Thunderbolt" de l'aviation américaine qui piqua, mitrailla et bombarda.

FONDS LECLERC NOR 36 copie

le Sherman "NAVARRE" du S/Lieutenant d'ARCANGUES

Collection Musée GAL LECLERC de HAUTECLOCQUE & Musée Jean MOULIN-Paris Musées

Lors de sa manœuvre, au lieu dit "Tertre de Grippe" de la commune de Mézières-sous-Ballon, le "NAVARRE" fut transpercé de cinq obus perforants allemands, vraisemblablement par un canon de 88. Le Sous-lieutenant fut éjecté. Gravement blessé, avec une jambe arrachée et l'autre fendue sur la longueur, il fut évacué par les Marsouins du IIème R.M.T., mais auparavant, il eut encore la force de donner ses derniers ordres aux survivants : " Foutez le camp, nous sommes encerclés"

Une Ambulance américaine de passage le prit en charge quelques minutes plus tard. Il fut opéré dès son arrivée dans un hôpital de campagne à l'arrière, puis dirigé vers Le Mans. Il mourut en y arrivant.

Périrent également dans le char "NAVARRE" en flammes, le copilote le 1ère Classe Bernard PONTNEAU et le radio-chargeur le Chasseur Henri BAYONA. Le tireur du "NAVARRE", le MDL de VAUMAS, et le pilote, le Chasseur de 1ère Classe CASTALION purent évacuer à temps le Sherman par le portillon. Les Allemands les firent prisonniers au château de Dangeul du Comte de FLEURIEU. Alors qu'ils risquaient d'être fusillés, ils réussirent à s'évader et à rejoindre l'Escadron.

Le Brigadier Etienne CAILLAT-GRENIER réussit à évacuer de son char, mais gravement brûlé et inerte, il fut considéré comme mort à l'hôpital du Mans quelques jours plus tard. Heureusement, un médecin américain lui ayant fait le test du miroir, s'est aperçu qu'il vivait encore, a pu le soigner et l'envoyer en Angleterre où il a achevé sa convalescence.

Lors de l'intervention de l'aviation américaine, un des chasseurs alliés se trompant de cible lâcha deux bombes qui tombèrent en plein dessus le Sherman "LABOURD" en position sur la route, qui n'avait pas hissé sur la tourelle son panneau orange identificateur du jour et qui  prit feu immédiatement. Le MDL Alexis LABORDE, tireur, les Chasseurs de 1ère Classe Roland COURTY et André BOURNONVILLE périrent brûlés à l'intérieur de leur char, le Chasseur René VIRAIZE qui était au côté du char fut également tué. Le Chasseur Casimir BORDES qui se trouvait derrière eux, pilotant l'Half-track " Orion", fut tué dans son véhicule.

 

FONDS LECLERC NOR 39 copie

Le Sherman "LABOURD" 

Collection Musée GAL LECLERC de HAUTECLOCQUE & Musée Jean MOULIN-Paris Musées

Il fallut beaucoup de temps pour libérer l'itinéraire de cet obstacle. Le 4ème Escadron ayant bien souffert, le Commandant MASSU, et son Sous-groupement, reprit provisoirement la mission à sa charge. 

En soirée, l'Aspirant DUFOUR arriva au bivouac pour remplacer le S/Lieutenant d'ARCANGUES et l'Aspirant ZAGRODSKI pour remplacer son frère. Ils convoyaient 4 chars "Sherman" pour combler les pertes. Au bivouac, les nuits étaient courtes. Dès l'arrivée, il fallait camoufler les chars le long des haies et sous les arbres en privilégiant les gros chênes, refaire les pleins, vérifier les mécaniques et moteurs, puis placer une sentinelle de garde dans chaque Peloton. Les 4 à 5 heures de sommeil se passaient sous les chars pour éviter éventuellement la pluie ou la rosée                              

Les Allemands s'étaient retirés en début de la nuit du 10 au 11 août et le S/Groupement MINJONNET put bivouaquer au sud de Dangeul après avoir entrepris le nettoyage du village. Le Chasseur Marcel COLLOT fut tué dans un verger à La Roussière, près de Dangeul, là où il avait été placé en sentinelle.

Posté par auboin à 20:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire