12 RCA Historique

historique du 12 RCA

02 avril 2010

DOCUMENTS

 

 annuaire des anciens du 12ème R.C.A. dans la 2ème D.B


 Voulez-vous savoir si votre parent faisait partie du 12ème R.C.A. ?

Pour toutes questions concernant cet annuaire, merci de contacter le blog :

auboin.claude@wanadoo.fr

 

*

 

De Juin à Août 1944 - Diaporama US sur le débarquement et la Libération de la Normandie.

1er Août 1944 - de gauche à droite : Général US HAISLIP - Général LECLERC - Lieutenant GIRARD, aide de camp du Général LECLERC.

12_RCA_Diaporama_US

 Avril 1944 à Août 1944 - La 2ème D.B. de l'Angleterre à Paris.

A partir de 0' 30 ", sur ce petit film, quelques images concernent le 12ème R.C.A. On remarquera les Sherman : "MOGHRANE" "ISERAN" "ESTEREL" "MAURIENNE" et "SAVOIE" du 2ème Escadron, et "TARDENOIS"  "BOURGOGNE" "VALOIS" et "SANTERRE" du 3ème Escadron.

 

 

Celui-ci montre notamment deux Sherman du 3/12 R.C.A. : Le "TARDENOIS"  et le "TARANTAISE", ce dernier avec sa plaque "SOMUA" rivée devant le poste de pilotage, respectivement à 22'29" et 22'30" du film.

 

 

 

 

31 août 1945 - 1er anniversaire de la libération de Paris.

 

 

 


La Bataille de Dompaire : Témoignages.

 

 

Autre film montrant le parcours de la 2ème D.B., notamment le débarquement des Sherman du 12ème R.C.A. : "ESTEREL" " CHAMPAGNE" de l'Aspirant NOUVEAU, et "TARDENOIS"  ( à 4'04 du film.)

 

 

 Autre témoignage sur la 2ème D.B. et le 12ème R.C.A.

et

La Libération de Paris vue par les Américains

 

Préparation du "Jour le Plus Long"

 

 

 "La 2ème D.B., de Paris au refuge d'Hitler" sur France 5  Mai 2014

Doc 1

Pour visionner l'intégralité de cette vidéo, notamment les témoignages de nos Camarades le MDL Robert VÉLUT, radio du Sherman "ARMAGNAC II" du 4ème Escadron, et le Chasseur Lucien MATRON du 2ème Escadron :

 LA 2ème DB de Paris au refuge d'Hitler  (cliquer)

Engagé au 12ème RCA, Robert VÉLUT arrive à Thiès au Sénégal en 1943, où en mars, il est affecté au Peloton des transmissions à l’Etat Major.

Robert VELUT 3

Il suit le Régiment dans ses différents stationnements en Algérie, à Temara au Maroc, en Grande-Bretagne. Il débarque avec le 12ème R.C.A. en Normandie le 1er Août 1944. Il occupe différents postes sur différents chars du 4ème Escadron. A partir de la Libération de Paris, il fait partie de l’équipage du Sherman « ARMAGNAC II » du 2ème Peloton commandé par le Sous-lieutenant DUFOUR :

FONDS LECLERC Boite P 4ème Escadron ARMAGNAC II

À Villetaneuse, devant "ARMAGNAC II" : de gauche à droite: Chasseur Pierre RUGIERI aide pilote - Brigadier Robert VÉLUT radio - 1ère Classe Robert LION pilote - 1ère Classe Jean VERBRUGGEN tireur.

 Collection Musée GAL LECLERC de HAUTECLOCQUE & Musée Jean MOULIN-Paris Musées

Chef de char : S/Lieutenant DUFOUR Roland

Pilote : Brigadier LION Robert

Aide Pilote : Chasseur RUGGIERI Pierre

Tireur : Chasseur VERBRUGGEN Jean

Radio-chargeur : Brigadier VELUT Robert.

 

Robert VELUT 5

 

 *

 

  Témoignage d'André ESPI Ancien du 12ème R.C.A

https://youtu.be/h19seqLg8Jo

 

 

 

*

Le 12ème R.C.A. à Rambouillet

 

30 octobre 1945, le 12ème R.C.A. vint établir ses quartiers à la "caserne de la Vénerie",(Renommée "Quartier Estienne" dans les années 50) à Rambouillet, remplaçant le COAB 422 (Centre d'organisation de l'Arme Blindée). La Caserne est dans un état correct. Devenant Régiment de Reconnaissance, Le Colonel MINJONNET s'évertua à reconstituer son Régiment avec le peu de matériel qui lui restait. En plus du P.H.R., trois Escadrons de combat furent formés avec des chars Sherman.

1er mars 1946 - Rambouillet - Sous une violente tempête de neige se déroula la Prise d'Armes pour l'Adieu aux Armes du Colonel MINJONNET partant à la retraite. Une dernière fois, le Colonel baisa l'Étendard et évoqua le souvenir des morts du Régiment :

" ...Tous ensemble, vous garderez fidèlement les traditions d'honneur, de discipline, de belle tenue et de valeur technique qui ont fait la force de notre Arme à travers l'histoire. Tous ensemble, vous travaillerez pour être prêts, comme l'ont été vos aînés, à l'heure peut-être prochaine où le pays devra de nouveau faire appel à ses enfants, à l'heure où la France aura besoin de vous ". 

9 avril 1946 - Les Officiers et S/Officiers du Régiment envoient un télégramme au Général LECLERC qui se trouve alors à Saïgon, où se trouve son nouveau Commandement. De Saïgon, le Général leur répond :

"Très touché par votre télégramme envoyé à l'occasion du départ du Colonel MINJONNET. Vous adresse mes vifs remerciements et mes très affectueux souvenirs. STOP" 

1946 - Rambouillet - Caserne de la Vénerie, Quartier du 12ème R.C.A. - Le Quartier était en bon état général. Notamment, des appelés des Beaux-arts avaient décoré les chambres de très belles fresques murales.

12_RCA_REZE_2

                                                                                              Collection P. Reze

1946 - Rambouillet - La Vénerie.

12_RCA_REZE_9 

                                                                                            Collection P.Reze

Sherman "Thunderbolt" au nom des avions américains présents à la bataille de Dompaire.

12_RCA_REZE_4

.                                                                                                          Collection P Reze

12_RCA_REZE_8

                                                                                         Collection P. Reze

 

12_RCA_REZE_5

                                                                                          Collection P. Reze

 

12_RCA_REZE_7

                                                                                                                Collection P. Reze

 

12_RCA_REZE_10

                                                                                                           Collection P. Reze

12_RCA_REZE_6

                                                                                                            Collection P. Reze

 

Après une dernière Prise d'Armes en Avril 1946 à St Germain en Laye, la 2ème D.B. est dissoute.

25 avril 1946, le 501ème R.C.C. vint s'établir dans le quartier de la Vénerie de Rambouillet, prenant en charge les chars du 12ème R.C.A. qui, entretenus, sont en excellent état.

Avril 1946 - Rambouillet - 4ème Escadron, avec deux de ses chars légers M5A1. Au 1er rang, assis au centre, son Commandant le Capitaine Alfred CANEPA.

12_RCA_CANEPA_9

                                                                                                                     Collection Famille Canepa

 

30 avril 1946 - Le 4ème Escadron et l'Escadron d'Etat-major furent dissous, le personnel réparti dans les 1er, 2ème et 3ème Escadrons, les Capitaines CANEPA et STARCK, les Lieutenants FOUCAULT et BERON et l'Aspirant BALLY momentanément affectés à l'EHR.

En attendant le départ pour le Maroc, le Régiment s'installa le même jour, à la caserne des Gardes Mobiles à Rambouillet. Pour remplacer ses chars, le 12ème R.C.A. dut, courant mai 1946, aller percevoir le vieux matériel de la 2ème D.B. qui venait d'être dissoute en avril : des chars légers, des Half-tracks, des Scout-cars, motos etc...Qu'il fallut d'urgence remettre en état de marche au prix d'un travail acharné.

24 mai 1946 - Le Capitaine CANEPA prit le Commandement du 2ème Escadron.

14 Juin 1946 - Deux petits boutons argentés placés devant ornèrent, à partir de ce jour là, le calot de tradition.

 Le 13 juillet 1946, le Lieutenant-colonel MARION, nouveau Chef de Corps, reçut le Lieutenant-colonel d'ANDOQUE qui prit les fonctions de Commandant en second du Régiment. Courant juillet 1946, le Lieutenant-colonel MARION reçut l'ordre de mouvement pour le Maroc qu'il avait sollicité depuis son arrivée au Régiment en Mars 1946. Ce retour du Régiment au Maroc, lieu de sa formation et où sont nées ses traditions, avait également été espéré par tous ses Cadres.

 

Juillet 1946 - Rambouillet - Revue du 12ème R.C.A. par le Général de LATTRE de TASSIGNY, avec le Lieutenant-colonel MARION, allée de la Chasseuse face au Château.   

12_RCA_MESMOUDI_1

12_RCA_MESMOUDI_2

                                                                                                     Collection M. Mesmoudi

 

Juillet 1946 - Rambouillet - Suite de la revue, dans la Cour d'honneur du 501éme R.C.C., à droite de l'horloge.

12_RCA_MESMOUDI_3

                                                                               Collection M. Mesmoudi

12_RCA_MESMOUDI_4

                                                                              Collection M. Mesmoudi

 

Départ pour Meknès

 

Le Régiment embarqua du 21 au 23 juillet 1946 en gare de Rambouillet, dans l'ordre : 1er, 2ème, 3ème Escadron, E.H.R., chacun dans un train différent. Arrivés à Marseille les 24 et 25 juillet 1946, les 1er et 2ème Escadrons cantonnèrent au camp de Ste Marthe, alors que le 3ème et l'E.H.R. allèrent au camp Mirabeau. Puis, Le déplacement de Marseille vers le Maroc se fit en 5 détachements; deux par bateaux, 3 par avions.

5 août 1946 - Arrivée du S/S "MATELOTS PILIEN ET PEYRAT" à Casablanca. le 9 août, arrivée du S/S "MATELOT BEKUWE".

du 10 au 16 Août 1946 - Regroupement du Régiment terminé à Meknès, la nouvelle garnison du 12ème Régiment de Chasseurs d'Afrique. Le personnel était alors presque complètement renouvelé.

Le 16 août 1946 -  Meknès - Le 6ème régiment de Spahis Marocains fut dissout le 15 août. Tous ses éléments furent intégrés au 12ème R.C.A. Le Lieutenant-colonel BARRAU, ancien Chef de Corps du 6ème Spahis Marocains, devient Chef de Corps du nouveau 12ème R.C.A. Le 4ème Escadron du Territoire du 6ème R.S.M. devient le 4ème Escadron du Territoire du 12ème R.C.A. et sera commandé par le Capitaine CANEPA. 

Le 18 Août 1946 - Meknès - Le Lieutenant-Colonel MARION, appelé à Commander le 1er R.E.C., quitte le Commandement du 12ème R.C.A.

 

 L'entrée officielle et Solennelle dans Meknès eut lieu le 25 août 1946, le jour anniversaire de la Libération. 

.

( Pour la suite de l'Historique du Régiment, voir l'onglet "E.C.S." de ce blog, ainsi que les onglets de chaque Escadron ).

 

QUELQUES PORTRAITS

 

FONDS LECLERC 116 CL de LANGLADE

 

 

 

 

 

Le Colonel Paul GIROT de LANGLADE, Chef de Corps du 12ème R.C.A., puis Commandant le G.T.L.

 

 

FONDS LECLERC 112 CE GRIBIUS

 

 

 

 

Le Chef d'Escadrons André GRIBIUS, Commandant le 2ème Escadron, puis le 3ème Bureau du GAL LECLERC, puis le G.T.L. et Chef de Corps du 12ème RCA à titre temporaire.

 

 

 

FONDS LECLERC 118 CNE BAILLOU

 

 

 

 

 

Le Capitaine Jean BAILLOU, Commandant le 4ème Escadron

 

 

FONDS LECLERC 124 CNE de BORT

 

 

 

 

Le Capitaine Jean de BORT, Commandant le 3ème Escadron

 

 

FONDS LECLERC 119 SLT VAULTRIN

 

 

 

 

 

 

Le Lieutenant François VAULTRIN, Chef de Peloton au 1er Escadron

 

FONDS LECLERC 121 SLT d'ARCANGUES

 

 

 

 

Le S/Lieutenant Benoit d'ARCANGUES, Chef de Peloton au 4ème Escadron.

 

 

FONDS LECLERC 114 SLT de VALENCE

 

 

 

 

Le S/Lieutenant Guy de VALENCE du G.T.L.

 

 

FONDS LECLERC 117 SLT de MASCLARY

 

 

 

 

 

Le S/Lieutenant Jean BAILLOUD de MASCLARY, Commandant le Peloton Mortiers.

 

FONDS LECLERC 120 SLT JP NOUVEAU

 

 

 

 

 

Le S/Lieutenant Jean-Pierre NOUVEAU, Chef de Peloton au 3ème Escadron

 

 

FONDS LECLERC 126 LT BOUCHET - LT de TRUCHIS

 

 

 

 

 Le Lieutenant Jean BOUCHER et le Lieutenant Christian de TRUCHIS de VARENNES, Chefs de Peloton au 1er Escadron.

 

 

 

FONDS LECLERC 129 SLT de TRUCHIS - DELCOURT - CNE de PARCEVAUX - SLT de la PONTAIS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 1er Escadron en octobre 1945. de gauche à droite : Le Lieutenant Christian de TRUCHIS de VARENNES - le S/Lieutenant Claude DELCOURT - le Capitaine Jacques de PARCEVAUX - le S/Lieutenant Jean PLEUVIER de la PONTAIS. 

  Collection Musée GAL LECLERC de HAUTECLOCQUE & Musée Jean MOULIN-Paris Musées

 

 

TEMOIGNAGES

 

 

      Capitaine Robert d'ALANÇON, 1944,

Capitaine d'Alançon

Royan le 22 avril 1945 - En tête, le Capitaine d'ALANÇON, Commandant par intérim le 12ème R.C.A., suivi du Capitaine du HAYS.

Extraits de son Journal de Campagne :

"Je reçois diverses responsabilités ; le commandement d’un point d’appui, la côte 326, puis celui du 4ème escadron de chars, son chef ayant été blessé par mine. Le 1er novembre, la 2ème DB reprend sa progression vers l’Est. Avec le 4ème escadron, nous prenons Herbéviller à 18 kms à l’Est de Lunéville puis Fréménil où nous restons stationnés. Mais des échanges d’artillerie avec les allemands aboutissent à une blessure mortelle pour le lieutenant Vauthrin tandis qu’il était assis avec moi en train de déjeuner. Guéri, après trois semaines d’absence, le commandant du 4ème escadron reprend sa mission. Moi-même, je participe à la reprise du mouvement vers les Vosges à la tête d’un détachement mixte (chars et portés). Fonçant vers le Nord et l’Est par Cyrey sur Vesouze, nous atteignons Niderhoff, où nous faisons des prisonniers, puis Barville, tenus par l’ennemi, après une manœuvre de chars en tête, les autres s’étant repliés. 

Puis Trois Fontaines et Dabo au centre des Vosges par un itinéraire de montagne. Finalement, notre objectif est Saverne dans le Bas-Rhin où nous sommes le 22 novembre. Après une poussée vers Phalsbourg pour prendre à rebours les allemands qui y tiennent encore nous nous retrouvons le 23 à Saverne et le 24 à Strasbourg, atteint la veille par le 11ème cuirassiers, ayant passé les Vosges plus au Nord. Dans la capitale de l’Alsace, il n’est pas question de repos, car au nord de la ville, le village de La Wantzenau est libre et inoccupé tandis que le Fort Ney qui le sépare de Strasbourg est rempli de troupes allemandes surtout des services de l’armée allemande qui s’est repliée au-delà du Rhin. Dans la joie d’avoir participé à la libération du nord de l’Alsace, je reçois le 25 au soir, la mission de me rendre à La Wantzenau à 13 kms au nord de Strasbourg pour mettre la main sur les militaires allemands du Fort Ney. Pour cela, je dispose d’un peloton de chars, d’un escadron de FFI porté sur camions et d’un civil alsacien, précieux interprète. Nous arrivons à La Wantzenau vers minuit dont les habitants sont dans l’émoi après le départ des allemands. A l’aube du 26, un échange de messages avec le Fort Ney par téléphone puis par la réception d’un officier allemand, envoyé par le général allemand du Fort Ney. Ce dernier d’abord très sûr de lui, revient, prêt à tout accepter après qu’à ma demande une bonne rafale d’artillerie soit tombée sur le fort. C’est alors la reddition totale. Le colonel de Langlade qui commande notre GTL me rejoint à La Wantzenau. Ensemble, nous partons vers le Fort Ney escorté de deux chars et d’un peloton de FFI. Là, le général Watterodt en tête, sort du fort et se constitue prisonnier, suivi des officiers allemands, remettant chacun leur arme. Finalement, nous constatons qu’il y avait de l’ordre de 600 hommes repliés dans le fort…

Revenu à Strasbourg, je prends la fonction d’officier de renseignement du régiment. Nous partons sans délai vers le Sud pour élargir la zone. A Meistratzheim (à l’est d’Obernai), les chars ont dû se déployer et attaquer pour conquérir ce gros village. Après Walff et Zellwiller, il fallut de nouveau faire attaquer les chars pour neutraliser les allemands qui tenaient Sermersheim, atteint par nous le 1er décembre. Après quelques jours d’arrêt, l’offensive repris par Effig et Chatenois pour arriver le 21 décembre à Sélestat, libéré avant Noël.

Une offensive allemande, à partir de Karlsruhe en fin décembre, permit à l’ennemi de paraître menacer le nord-est de la Lorraine, car le front américain recule jusque..(illisible)... Nous sommes envoyés en Lorraine au nord de Sarrebourg à Postroff d’abord, puis à Oermingen au sud de Sarreguemines. Après trois semaines, le 18 janvier 1945, mon régiment est appelé vers Strasbourg où une menace allemande se manifeste. Revenus à Furdenheim à l’est de la capitale alsacienne puis à Mittelhausbergen, c’est vers Kilstett au nord de La Wantzenau que mon régiment doit être engagé. Je suis envoyé en reconnaissance dans la soirée du 21 janvier. Je passe à La Wantzenau où la population est inquiète car elle est sans défense au moment où Kilstett à 3 kms, occupé par un bataillon FFI est au contact de chars allemands et est menacé d’encerclement. Personnellement, c’est la seconde fois que je me trouve dans ce village à un moment critique. Heureusement, les chars du 12ème Chasseurs d’Afrique appuyés de notre artillerie dégageront les FFI de Kilstett en neutralisant l’avance allemande qui avait encerclé le village, ceci au prix de plusieurs blindés allemands détruits. Finalement, l’ensemble de la poussée ennemie au nord de l’Alsace a été totalement bloquée et l’armée allemande obligée de se replier.

Nous sommes alors engagés en appui de la 1ère Armée française commandée par le général de Lattre. Celui-ci va tenter de refouler totalement les allemands au-delà du Rhin, du sud de Strasbourg à la Suisse. 
Nous stationnons d’abord une petite semaine à Duttlenheim pour remettre le matériel, surtout les chars, en état et nous préparer à l’offensive vers Sélestat et Colmar. Dès le 3 février 1945, nous sommes à Mackenheim à 13 kms au sud est de Sélestat, le 6  nous atteignons Oberssasheim près du Rhin à 20 kms au sud est de Colmar, en obligeant notre adversaire à se replier en Allemagne. Puis par Heiteren, nous arrivons à Fessenheim, ultime étape pour nous dans le Haut-Rhin. L’armée allemande a quitté totalement le sol de notre patrie.

Après notre participation à la libération totale de la France, la 2ème DB est placée en réserve de l’armée américaine. Mon régiment a son PC à Thionville en Meurthe et Moselle à 13 kms à l’est de Badonviller où je resterai du 16 au 26 février. De là, nous sommes envoyés en réserve générale, pratiquement au repos. Pour moi, ce sera d’abord à Châteauroux d’où je pars le 27 février au soir pour Marmagne avec ma jeep portant le nom choisi par moi de « La Sioule ». (Toutes nos jeeps ont des noms de rivières). Ce retour dans ma famille pour la première fois depuis sept mois et demi sera court. « Deo gratias » car je dois être de retour à Châteauroux le 2 mars. De là, nous allons à Buzançais, soit 25 kms en direction de Tours. Le 14 mars, je pars avec une vraie permission de 10 jours. Ma jeep ayant besoin de réparations, je dispose d’une torpédo Mercedes de récupération.

A Buzançais, j’apprends bientôt que nous risquons de partir vers le sud-ouest alors que la progression des alliés continue en Allemagne. Les Russes eux-mêmes commencent à envisager de prendre Berlin comme objectif principal. Ce sera le 16 avril que la capitale du Reich (où se trouve Hitler) sera à la portée des canons russes qui, aux ordres de Joukov, entameront la préparation d’artillerie.

Pendant ce temps, les régiments de chars et l’artillerie de la 2ème DB sont mis à la disposition de l’armée de l’Atlantique commandée par le général de Larminat. Le 12ème chasseurs d’Afrique doit donc partir en direction de Royan. L’armée de l’Atlantique est constituée de régiments d’infanterie à base de FFI avec peu d’armes lourdes. Elle surveille l’ensemble de la côte depuis la Bretagne jusqu’aux Pyrénées. Mais elle fixe les garnisons allemandes laissées dans les poches de Royan, Rochefort, la Rochelle, La Palice, Saint-Nazaire et Lorient. Nous sommes destinés à appuyer l’action de l’infanterie après le matraquage que sait faire l’aviation américaine. Pour nous, il s’agit d’abord de nous déplacer par le train et la route sur les 250 kilomètres environ qui nous séparent de Royan. C’est une nécessité plus politique que militaire qui nous amène vers le 10 avril à prendre contact avec le commandement face à cette ville qui a été en majeure partie détruite par les 1.600 tonnes de bombes déversées par l’aviation américaine, faisant près de 2.000 morts civils !

Le 16 avril 1945, j’assiste à un nouveau bombardement américain préparatoire. Même s’il est moins important que celui de janvier. Le beau temps permet de voir parfaitement le passage des avions et les bombes qui s’en détachent. C’est impressionnant depuis les hauteurs dominant la ville. Les réactions de la garnison allemande ne sont pourtant pas négligeables. Ainsi, le chef d’escadrons qui commande le régiment en l’absence du lieutenant-colonel Minjonnet est blessé sérieusement à la figure alors que je suis assez près de lui. Du coup, me voici amené à prendre le commandement par intérim du régiment pendant quelques jours. Je suis en effet le capitaine le plus ancien. Le 20 avril, la ville de Royan est libérée et nous sommes remis à la disposition de la 2ème D.B. Le général Leclerc vient nous voir et passe en revue le régiment avec moi en tête.
 Ensuite, il faut organiser le déplacement du 12ème Chasseurs d’Afrique vers l’Allemagne. Les chars partiront par voie ferrée jusqu’à la frontière et les véhicules à roues feront la route. Durant le temps de notre campagne dans le sud-ouest de la France, l’étau s’est resserré sur l’armée allemande. Tandis que l’armée russe a comme objectif principal Berlin. Ce Berlin où dans son bunker, Hitler continue à diriger les opérations de la Wehrmacht, Eisenhower tient à dégager d’abord les zones montagneuses de l’Autriche et à atteindre le Danube. La 1ère armée française du général de Lattre, après Karlsruhe, est dirigée sur Stuttgart et viserait, elle aussi, le Danube.

Les éléments légers de la 2ème D.B., essentiellement les spahis qui ne sont pas allés à Royan, ont traversé le Rhin. Le général Leclerc les oriente vers le sud de la Bavière et même Berchtesgaden, la résidence favorite d’Hitler. (Il l’avait quitté pour son « bunker » de Berlin où il se suicidera le 30 avril 1945). C’est le 4 mai que les spahis et le général atteindront Berchtesgaden.

Le retard que Royan nous a imposé fera que le 12ème Chasseurs d’Afrique n’aura atteint que le lac Ammersée lorsque l’on annonce la signature de la capitulation allemande à Berlin, le 8 mai 1945. Le superbe lac m’offre le plaisir de plusieurs bains en eau profonde. 

Quelques jours plus tard nous nous portons sur le grand terrain d’aviation de Munich, il est à la mesure du rassemblement complet de la 2ème Division Blindée qui doit défiler devant le général De Gaulle. Le général Leclerc lui présente alors sa Division pour marquer la victoire à laquelle il a largement contribué. Le colonel Minjonnet ayant été amené par son ancienneté à présenter le G.T.L. (Groupement Tactique Langlade), je suis à la tête du régiment juste avant l’étendard. De plus, je participe à la remise de décorations par le général De Gaulle. C’est donc lui qui me remet la Légion d’Honneur.

Nous ne resterons pas longtemps en Allemagne. Le général De Gaulle souhaite la présence de la 2ème D.B. près de Paris. Ainsi mon régiment part pour Nemours où sera le colonel et l’état-major. Les familles de cadres rejoignent et sont placées chez l’habitant. Nous serons accueillis dans une propriété appartenant située sur les bords du Loing qui sont favorables aux baignades. L’automne arrive. Des villes de garnisons deviennent normales. Pour le 12ème Chasseurs d’Afrique, ce sera Rambouillet..."

 *

       Capitaine Jacques ROUILLON, 1944, 3ème Escadron.

  J'ai été deux fois au 12ème R.C.A.. La première fois en 1944, en Lorraine. La seconde de 1951 à 1954 au Maroc.

Septembre 1944, après le rude combat de blindés à Dompaire (Vosges), dans lequel le 12ème s'est distingué, j'ai été affecté à l'Escadron BAILLOU, puis d'ALANÇON, après la mort de BAILLOU et faisait partie du Sous-Groupement MINJONNET, surnommé le "Père Mégot. J'étais S/Lieutenant au Peloton de Commandement avec mon char "Lieutenant Zagrodski II", du nom d'un Officier du 12ème tué un mois plus tôt. Avec ce Sherman de 32 tonnes, j'ai pris part à la libération de Baccarat.

Le 1er novembre, on attaque la position allemande de la Blette (Meurthe et Moselle). Mon cher Camarade VAULTRIN commandait un Peloton de chars qui subit quelques pertes par mines ou fusils anti-chars. D'ALANÇON avait pris ma place dans le char "Lieutenant Zagrodski II" et mis sa jeep à ma disposition. Dans le feu de l'action, j'ai avancé à pied avec les fantassins et capturé 11 Allemands. D'ALANÇON m'a félicité, tout en me faisant remarquer que j'avais délaissé sa jeep... Il m'a fait citer pour la Croix de Guerre (Combats d'Herbéviller en Meurthe et Moselle). Le 8 novembre, à Fréménil (Meurthe et Moselle), l'Escadron étant en stationnement, d'ALANÇON et VAULTRIN jouaient aux cartes dans une maison, lorsque le village fut bombardé par l'artillerie allemande. Un obus éclata près de la maison et VAULTRIN fut tué. Ce fut pour moi qui avait échappé à l'explosion, une grande peine...

 

*

LT de MISCAULT

   Lieutenant Michel de MISCAULT du 3/4/12ème RCA

   Récit à consulter sur le forum de la 2ème D.B.  :

       http://2db.forumactif.com/t1430-lt-michel-de-miscault-3-4-12-rca

 

 

 *

 

Famille BALLY portrait

 

 

Témoignage d’Henry BALLY, tireur du Sherman «  BARROIS » 3ème Peloton du S/Lieutenant NOUVEAU, 3ème Escadron du   Capitaine de BORT

 

Ce que j’ai vu à travers la lunette d’un tireur de char. Récit inédit de ma participation à la libération de Paris le 25 août 1944.

Arrivés à Rambouillet le 23 août dans la nuit, il pleut, nous sommes trempés; nous nous camouflons dans la forêt avec interdiction de faire du feu.

Départ de Rambouillet le 24 vers 10 heures du matin. Je suis, dans mon char « BARROIS », en arrière garde, la tourelle en surveillance vers l’arrière. Nous passons par la vallée de Chevreuse. L’avance est extrêmement lente dans un accueil enthousiaste. Nous passons la nuit dans nos chars sur un boulevard. Quelques incendies éclairent le ciel. Le 25, à six heures du matin, nous passons la porte de Châtillon; les chars s’ouvrent lentement une voie dans la foule en délire; j’ai le « malheur » de descendre du char et hommes, femmes et jeunes filles m’embrassent de tous les côtés !

Nous faisons demi-tour après un kilomètre environ sur le boulevard Brune vers l’ouest. Des barricades fréquentes montrent l’activité de lutte des Parisiens. Nous sortons de Paris et nous y rentrons par la porte de Saint-Cloud en direction de l’Étoile, par la rue Michel-Ange, l’avenue Mozart et la rue de la Pompe.

____________________

 L’auteur de ce récit a reçu de son Capitaine d’Escadron, devenu le Général de BORT, les précisions suivantes :

Le 23 nous avons bivouaqué à côté de l’étang de la Tour, un peu à l’est de Rambouillet. Le 24, après avoir attendu vainement des convois de ravitaillement de la DB à Jouy-en-Josas et « hérité » d’une colonne de ravitaillement d’artillerie US, nous avons rejoint, vers 23 heures, le sous-groupement Minjonnet au carrefour du Petit-Clamart (au Plessis-Robinson), et enfin, le 25, nous sommes entrés dans Paris.

Devant rejoindre le Commandant MASSU à Issy-les-Moulineaux et craignant de me perdre dans Clamart, j’avais demandé s’il ne serait pas possible d’avoir un guide; et c’est ainsi que nous avons quitté le Petit-Clamart, précédés par un FFI en auto. Celui-ci s’étant engagé dans le boulevard Brune après avoir atteint la Porte de Châtillon, j’ai trouvé suspect l’itinéraire emprunté et j’ai décidé de faire demi-tour pour cette unique raison. Et c’est finalement en passant par le Fort d’Issy que nous avons rejoint Issy-les-Moulineaux, puis le pont de Sèvres, la porte de Saint-Cloud, etc…

___________________

La défense allemande est concentrée à l’Étoile, où des immeubles sont occupés par eux, ainsi qu’aux Champs-Élysées, Concorde, Tuileries et École Militaire. Je suis le troisième char, lorsque nous suivons l’avenue Mozart, la rue de la Pompe et l’avenue Victor-Hugo au milieu d’une foule en délire. Le Colonel de LANGLADE, qui nous double en Jeep, est arrêté par la foule, qui lui demande un « laïus »; debout, il dit quelques mots inaudibles pour moi. Un Américain, probablement journaliste et déjà présent, monte sur mon char pour prendre un film; je lui crie : « No LECLERC ! ». Il se tourne vers moi, l’air navré, et me demande le nom du Colonel.

Je passe en tête. Un FFI signale un blockhaus à droite, à l’angle de la rue de Presbourg et de la rue Lauriston, visible à travers une double vitrine de magasin. Je fais « tourelle à droite » et avance lentement pour stopper au milieu du carrefour. Je vois deux « boches » littéralement hébétés derrière une mitrailleuse; la proximité de l’objectif humain et la disproportion des moyens me paralysent quelques secondes; mais un mouvement de fuite en face supprime le sortilège, je tire et mon bus explose au milieu des sacs de sable du blockhaus, créant un nuage effaçant la scène de ma vue.

Nous fonçons vers la place de l’Étoile et prenons à main droite avec traversées rapides des avenues Kléber, Iéna et Marceau jusqu’au trottoir de droite des Champs-Élysées. Le char « PICARDIE » de mon Capitaine de BORT traverse devant moi l’avenue en « essuyant » un obus tiré par un panther depuis la Concorde; la « rupture » coupe une branche d’arbre au dessus du char et va terminer sa course folle dans un pilier de l’Arc de Triomphe, d’où descend déjà un immense drapeau tricolore.

Des caisses de Champagne ont mystérieusement débarqué sur notre plage arrière !

Nous recevons l’ordre de descendre les Champs-Élysées par le trottoir de droite, les arbres nous mettent à l’abri de la vue et donc du tir du « fauve » de la Concorde, encore trop loin pour notre « 75 » et lui faire mal. Des civils, juchés sur les toits, semblent nous tirer dessus avec leurs mitraillettes. A chaque rue transversale, je fais « tourelle à droite » par précaution, le pied sur les détentes ! ces rues sont envahies par les Parisiens et les premiers rangs, effrayés, se couchent !

 

Famille BALLY 1

 

La traversée de l’avenue George V est inquiétante et nous la passons « au pas de charge »; j’ai le temps de voir un barrage suspect de barbelé à cinquante mètres. Mon maladroit chargeur engage de travers une douille-obus et bloque la culasse ! il me faut descendre du char par la tourelle, assembler l’écouvillon et repousser l’obus; opération faite rapidement et « en serrant les fesses ! ».

Nous passons successivement, encore au pas de charge et bien à droite, le Rond-Point des Champs-Élysées et la place Clémenceau pour nous placer en « chien d’arrêt » dans les jardins, sous le Petit-Palais et face à la Concorde. Dès que nous sortons un casque… vide…par le tourelleau, il est immédiatement sifflé par des tirs, dont l’origine nous est indécelable.

Le char « panther », qui tirait si mal heureusement tout à l’heure sur le char du Capitaine de BORT à l’Étoile, brule maintenant devant la rambarde du jardin des Tuileries dans l’axe des Champs-Élysées.

Un jeune FFI, révolver à la main, court devant le char; il est ciblé et s’écroule à vingt mètres. A ma stupéfaction, je vois alors un prêtre en habits sacerdotaux s’avancer vers ce corps étendu, lui donner l’absolution et le tirer derrière le char … aucune balle ne l’a atteint !

J’aperçois, derrière la rambarde du jardin des Tuileries, un mouvement de casques en direction de la rue de Rivoli; je tire un obus explosif vers l’angle Concorde/Rivoli dans un lion…de pierre: un nuage de poussière pour un faux exploit !

Un ordre nous vient par radio : Nous devons faire mouvement vers l’ambassade des États-Unis, vers l’avenue Gabriel. Quatre FFI montent sur la plage arrière du char. Mais, surprise dramatique, de la grille de l’ambassade une mitrailleuse nous tire dessus et des grenades explosent autour du char. les FFI sont blessés, mais aussi mon cher BOMY, chef de char, qui m’appelle : « BALLY…BALLY… »; il est couché sur le tourelleau; je le tire à moi et le couche sur le plancher; je lui enlève son casque percé et reçois une gilée de sang; ses yeux sont révulsés. Je cherche le microphone et « lance » à mon cher conducteur QUETGLAS : « En arrière…, à gauche…, à droite…, stop ». Le blessé reprend connaissance et me demande ce qu’il a; je le rassure : « c’est rien, mon vieux, t’en fais pas.»

 

Famille BALLY 601 QUETGLAS

Au poste de pilotage du " BARROIS" le Chasseur Tancrède ANDRÉANI.

 

A l’abri maintenant derrière un pavillon et aidé par des FFI, nous descendons, le chargeur et moi, les blessés de la plage arrière, puis mon malheureux BOMY qu’un FFI motorisé emporte vers un poste de secours.

Des voitures brulent à l’entrée du ministère de la Marine. Des chars amis se présentent en face, la liaison est faite. La garnison allemande s’est rendue; la libération de Paris est terminée ou presque. Nous remontons à l’Étoile où nous passerons la nuit sur la chaussée. C’est un délire de joie, le Champagne saute de tous les côtés et nous liquidons nos stocks de cigarettes américaines.

Le lendemain, c’est un défilé continu de Parisiens qui viennent remercier leurs libérateurs. En début d’après-midi, nous faisons mouvement  pour stationner en « carré » sur la place de la Concorde, les équipages au « pied » des chars pour saluer et présenter les armes à l’arrivée du Général de GAULLE et du Général LECLERC. La place est pleine de monde. Soudain, un salopard tire; cela semble venir du toit du ministère de la Marine, où l’on aperçoit deux individus. Un canon de D.C.A. à côté de moi se met immédiatement en batterie et tire ! Est-ce une erreur ? Ces deux hommes pouvaient être des journalistes !  

Paris libéré restera un beau souvenir pour nous. Mais notre mission de libération n’est pas terminée !

2ème D.B. – 12ème R.C.A. – Escadron de BORT – Peloton NOUVEAU – Char « BARROIS »

G.T.L. LANGLADE         Chef de char : M.D.L.     BOMY

                                        Conducteur :  Brigadier QUETGLAS

                                        2ème conducteur :            SOULIÉ

                                        Chargeur :                         DORBRITZ

                                        Tireur :  Brigadier            BALLY                    

 Famille BALLY Citation Regiment

 

 *

Jean PAQUOTTE portrait

 

 

 

Major ( E.R.) Jean PAQUOTTE 87 ans - 36 ans de service dont 16 dans l'A.B.C. - N'a jamais servi au 12ème R.C.A.

Alors pourquoi je m’intéresse à ce Régiment ? Tout simplement parce que je suis originaire d’un petit village des Vosges situé à proximité de Vittel et nommé VALLEROY-LE-SEC. Dans le cimetière de ce village se trouve les tombes de trois soldats ayant appartenu au 12ème R.C.A. : M.D.L. Willy KATZ de WARENS, Brigadier Christian ROTH et le Brigadier Roger BEAUGEZ.

Tombe KATZ de WARRENS mort le 12 sept 1944 valleroy copie

Tombe du MDL KATZ de WARRENS

Ceux-ci furent tués le 12 septembre 1944 vers 15h00 dans un lieudit les Quartiers situé  à quelques centaines de mètres au Sud-ouest du carrefour Vittel, Haréville, Valleroy, Carrefour limité à environ 3 km Est de Vittel.

Les Allemands avaient protégé ce carrefour relativement important par deux automoteurs 88mm.

En arrivant en défilement, le char du 12ème Chasseurs eut la tourelle perforée par un 88. Il est assez difficile d’argumenter comment eut lieu le combat, ce que je sais c‘est qu’un des automoteurs allemand fut détruit sur place dans un embasement de la route environ 200m vers Hareville, peut être touché par un tir du Sherman qui aurait été défait par le deuxième automoteur et qui lui aussi fut détruit un peu plus tard à quelques km, à côté de la gare située au Sud de Remoncourt.

Et puis, j’ai aussi d’autres raisons de me souvenir du 12ème R.C.A. Pendant la bataille de Dompaire, le Général LECLERC avait son État-major dans le café de mon oncle à VALLEROY. Celui-ci est maintenant détruit et la plaque souvenir a été fixée sur le mur de la maison voisine.

Et aussi, au départ d’Allemagne vers l’INDOCHINE avec déviation vers la TUNISIE en juillet 1954, le 4ème Chasseurs, dont je faisais partie, était commandé par le Colonel GRIBIUS qui je crois à servi au 12ème RCA. Et puis, plus triste, j’avais dans mon Peloton en Algérie le M.D.L. Didier GIROT de LANGLADE qui fut tué en 1956 dans un accrochage entre AIN SMARA et le KHROUB. Il était le fils du Général bien connu à la 2ème D.B. et qui était marié à la fille du Général BOYER de LA TOUR. Se rappelez aussi que le Colonel GRIBIUS fut en 1956 remplacé par le Colonel Alain de BOISSIEU connu également à la 2ème D.B.

De la bataille de Dompaire, ce que je me souviens, c’est voir les P 47 piquer sur les chars Allemands qui ne savaient plus où se fourrer, des équipages, des gosses, mais des chars magnifiques, absolument neufs. Je me souviens en avoir regardé un dont le tireur avait oublié de relever son long canon et qui, au passage d’un obstacle, avait enfoncé le tube dans le sol ce qui l’avait immobilisé. Le compteur annonçait 32 km. Je crois savoir qu’ils avaient débarqué du train dans la commune de DARNEY.

La bataille de Dompaire ? Sans forfanterie, si l’aviation n’avais pas été présente, que ce serait-il passé ???? La puissance de feu n’était pas en notre faveur !!!. Tout est bien qui finit bien.

 *

12_RCA__CONTADO Casimir CONDADO  Le récit de son parcours au 12ème R.C.A.

Né le 12 Février 1922 à Saint Pée d'Oloron, il a servi la France à la 2ème Division Blindée du Général Leclerc, au 12ème Régiment des Chasseurs d'Afrique, Groupe Tactique du Général de Langlade et du Colonel Minjonnet.

Lire son Histoire :   http://evadedefrance.unblog.fr.

 *

CANCELLIERI_MDL Joseph, Xavier CANCELLIERI MDL/Chef au 12ème R.C.A. Maroc - Campagne de France - Mort en 1954 à Dien-Bien-Phu. Le bâtiment du 1/12 R.C.A. lui a été dédié au Quartier Baudot à Meknès en 1954.

Lire son Histoire :  Museedusousofficier.fr/promotions/

* 

Père de Gevigney portrait

 

 

 

 

  Le R.P. Bernard de GEVIGNEY, Aumônier du 12ème RCA :

                  http://rpdegevigney.canalblog.com/

 

 

 

NOUVEAU_JP Jean-Pierre NOUVEAU, Aspirant, Chef du 3ème Peloton du 3ème Escadron au 12ème R.C.A.

Lire son Histoire : www.ordredelaliberation.fr

 

12_RCA_GAUTIER_Auguste_copie  Auguste GAUTIER  MDL/Chef au 2ème Escadron du 12ème R.C.A., de la création du Régiment à la Campagne de France. Récit :

Son engagement, ses Citations :

12_RCA_GAUTIER_reengagement_au_1RCA 12_RCA_GAUTIER_Tunisie GAUTIER_Auguste_Citation_Dompaire Auguste_GAUTIER_Medaille_Militaire

  Collection F. Jault

 *

      Raoul MEOZZI, Brigadier tireur du char « BERRY » du 1er Peloton-1er Escadron :

12_RCA_carte

Paris, le 11 août au matin en direction de Rouessé-Fontaine, par la route de Chérancé, les chars du 1er Peloton du Lieutenant BOUCHER ont assuré la progression durant la matinée, les chars « ANJOU » et le « BERRY » se relayant en tête jusqu’à ce que Pierre CANY signale, à l’aide de son fanion rouge, à la sortie de Bois Mocquet la ligne de défense allemande. Je revois encore aujourd’hui le buste de Pierre CANY hors de sa tourelle, défiant l’ennemi. A son alerte, nous dégageons sur la gauche, ouvrant pour notre part un feu puissant de toutes nos armes, balayant les haies qui se trouvaient devant nous. Alors que nous observions à mesure que nous approchions, l’infanterie allemande s’affolait et essayait de décrocher. En abordant les haies, nous découvrons le plateau qui longe la ferme de Sainte Catherine.

Pierre CANY qui y pousse avec son char une rapide pointe va y trouver la mort d’une balle dans la tête. Nous ne laissons pas le temps à l’ennemi de se reprendre, nous le hachons avec notre feu durant un quart d’heure. Après quoi, l’infanterie du R.M.T. nous demande de cessez le feu pour occuper la ligne devant nous.

Le Lieutenant BOUCHER vient nous donner l’ordre de pousser vers le carrefour qui se trouve plus bas et de rentrer dans Rouessé-Fontaine, après quoi, il chuchote avec GREBERT un peu à l’écart du char. Je suppose qu’à cet instant, il devait annoncer la mort de Pierre CANY.

Nous passons immédiatement à l’attaque et traversons le champ sous le feu de l’ennemi embusqué dans les deux maisons qui nous font face. Nous expédions deux ou trois obus explosifs et tout se calme. Au moment où nous virons à droite pour reprendre le chemin qui nous mène à la route, le moteur cale à deux mètres des maisons d’où partait le tir ennemi. COLOMBIER tourne la tête, lève les yeux vers moi, me fait un clin d’œil et remet son moteur en marche. Nous joignons la route qui descend vers le carrefour. Antoine ROCCA, mitrailleur avant, qui a fait un excellent travail auparavant devant les haies, arrose de sa « 30 » les fossés bordant la route. GREBERT observe comme il peut, essayant d’y voir clair à travers le périscope. Nous sommes pris au piège, la route étant bordée de chaque côté d’un talus infranchissable aux chars, nous sommes dans un couloir qui descend vers Rouessé-Fontaine.

Face à nous, quelques éléments ennemis se lèvent et décampent. Nous les arrosons à la mitrailleuse. Je tape légèrement avec mon pied sur la tête de COLOMBIER qui me regarde de ses grands yeux bleus. Je lui demande si ça va, il me répond en opinant du chef : c’est OK.

Nous fonçons vers le carrefour que nous enlevons d’un coup au milieu des fantassins allemands. Le char frémit de la vitesse maximum donnée par COLOMBIER et du feu de toutes nos armes. Nous franchissons les premiers cent mètres en direction du Bourg et atteignons le groupe de maisons…Quand une terrible explosion se produit au milieu du char qui est instantanément en flammes. Nous venons de recevoir un obus anti-chars. Je vois à mes pieds, dans le feu, brûler mon pauvre COLOMBIER. Je suis moi-même gravement touché, cette saloperie de feu se colle à moi, ça brûle !

Je saute de la tourelle, je suis criblé d’éclats, je m’abrite derrière un gros arbre, j’observe les fantassins allemands à vingt mètres de moi qui se déplacent sans arrêt, tout en tirant sur nos gars. J’entends gémir de tous les côtés, pour ma part, j’adhère au sol comme une sangsue.  J’ai l’impression de me vider de mon sang, puis brusquement, ma vue s’en va, je suis obligé de rester immobile, je ne peux plus rejoindre le Peloton qui est resté derrière le carrefour.

Le silence se fait, j’entends crépiter le feu dans le « BERRY ». Brusquement éclate un feu d’enfer, de canons et de mitrailleuses, qui balaie tout le secteur. Ca ne passe pas très haut au dessus de mon corps. Je pensais à cet instant que cela m’ennuierait de mourir par le tir du 12ème R.C.A.

Cela me parut long. Une voix appela mon nom, j’ai répondu, l’on est venu me chercher. J’ai demandé une cigarette que je n’ai pas fumée parce que cela me brûlait, et puis l’on m’a transporté sur le capot d’une jeep vers l’arrière…

La prise de Rouessé-Fontaine par la 2ème D.B. française à 14 heures a donné le gain de la journée à nos forces. Le « Berry » a été le premier, puisqu’il  a explosé à 10 heures 45 à l’entrée du Bourg…Honneur au 12ème R.C.A. (22 août 1981)

1er Escadron – Capitaine Humbert du HAYS

1er Peloton – Lieutenant Jean BOUCHER

Equipage du « BERRY » - Chef de char : MDL Norbert GREBERT blessé

                                              Tireur :            Brigadier Raoul MEOZZI blessé

                                              Pilote :             Chasseur Yves COLOMBIER tué

                                              Mitrailleur :     Chasseur Antoine ROCCA blessé   

 

Crédit - journal de la 2ème D.B. "Caravane"

 *

 

Chasseur Pierre RETZIGNAC radio-chargeur sur le Sherman "ANJOU II" du 1er Peloton 1er Escadron.

Pierre RETZIGNAC

http://youtu.be/Dg0Sad7i8rw

 

 *

 

 

photo portrait Roland COURTY

 Chasseur de 1ère Classe Roland COURTY

Engagé volontaire le 7 mars 1942 au 12ème Régiment de Chasseurs d'Afrique alors que celui-ci se trouve au Sénégal, il est incorporé au 2ème Escadron basé à Thiès, commandé par le Capitaine GRIBIUS, bientôt renommé 7ème Escadron quand le Régiment vient stationner en Algérie.

Cet Escadron part en Campagne en Tunisie, Roland COURTY fait alors partie du 2ème Groupe du Peloton de Commandement commandé par l'Adjudant THOMAS.

 

ordre mission à Rio Salado

Ordre de mission à Rio-Salado signé par le Capitaine Pierre PROUHET, Commandant l'Escadron-Hors-Rang.

 

Après la campagne de Tunisie, il est de retour près d'Oran en Algérie, puis suit le Régiment en forêt de Temara au Maroc Il est alors affecté au 4ème Escadron.

Roland COURTY

 Avec le 12ème R.C.A., il part en Grande-Bretagne et il suit l'entrainement en vue du débarquement en France avec la 2ème D.B. qui aura lieu le 1er août 1944.

Le 4ème Escadron est alors commandé par le Capitaine HARGOUS. Roland COURTY est incorporé au Peloton du Sous-lieutenant d'ARCANGUES et il entre dans la composition de l'équipage du Char Sherman : " LABOURD" portant le n° 72 :

Chef de Char :  MDL  LALARME Maurice

Tireur : MDL LABORDE Alexis

Pilote : Chasseur de 1ère Classe COURTY  Roland

Aide pilote : Chasseur BOURNONVILLE André

Radio-chargeur : Chasseur SCARBONCHI

Aide radio-chargeur : Chasseur AMOUYAL

FONDS LECLERC NOR 39 copie

Le Sherman "LABOURD" 

Alors qu'il se trouve en position sur la route, ce char est incendié par deux bombes tombées d'un avion américain le 10 août 1944 à Mézières-sous-Ballon (Sarthe), le fanion de reconnaissance n'ayant pas été hissé sur le char.

Le 1ère Classe Roland COURTY est brulé dans son char, de même que ses camarades LABORDE et BOURNONVILLE. Le Chasseur SCARBONCHI, blessé et brulé, est évacué vers un hôpital à l'arrière.

COURTY Roland 4_modifié-1

Les effets personnels contenus dans le paquetage de Roland COURTY furent envoyés à son frère :

inventaire Roland COURTY

Collection Famille de Roland COURTY

 

 

COURTY 1

Collection Famille de Roland COURTY

 

*

Autre témoignage

http://meyer.famille.free.fr/ahk/op_nordwind_2.html

 

 

 

 

 

DIVERS

Musique de la 2ème D.B.

.

 1945 - Photo symbolique. A l'avant, le Général de LANGLADE ancien Chef de Corps du 12ème R.C.A. À l'arrière, le Général LECLERC ancien commandant de la 2ème D.B. et le Général de GAULLE Chef de l'État. 

12_RCA_LANGLADE__LECLERC_et_de_GAULLE_50__me_ann_Dompaire

 

*

.

Correspondances du Chasseur d'Afrique Jacques FENOY à sa famille, avec tampon du G.A.C.A. du 1er R.C.A.

Le G.A.C.A. vient de débarquer à Dakar le 16 juin 1941

12_RCA_GACA_1_modifi__1

 

12_RCA_GACA_2

 

 12_RCA_GACA_3

Collection C. Auboin

 

Du Brigadier René TRUCHOT du 4ème Peloton du 2ème Escadron à Thiès à sa famille

 

lettre Thiès copie

12 RCA lettre 12 GACA copie

 

 

 

 

 

 

 

 

Correspondance du Lieutenant GRIBIUS du 10 septembre 1941

12 RCA lettre GACA copie

 

*

Le Général Marc ROUVILLOIS

 

 

LCL ROUVILLOIS Venant du 1er R.C.A. à Rabat, il est arrivé Capitaine au 12ème G.A.C.A à Thiès le 30 avril 1942, il est un des Pionniers du 12ème R.C.A. au Sénégal. Major, puis Commandant en second, il est muté au 12ème Cuirassiers lors de son dédoublement le 16 Septembre 1943. Le Lieutenant-colonel Marc ROUVILLOIS prit le Commandement du 12ème Cuirassiers le 12 novembre 1944, alors que le Régiment était intégré dans la 2ème D.B. En chargeant avec les Sherman de son Sous Groupement Tactique, il est entré le premier dans Strasbourg le 23 Novembre 1944. 

Marc_Rouvillois

Collection J. Wattenne

Le Sous-Groupement ROUVILLOIS comprenait alors :

le 2/12ème Cuirassiers du Capitaine COMPAGNON

la 3ème Compagnie du R.M.T. du Capitaine JOUBERT

la 4ème Compagnie du R.M.T. du Capitaine LEROY

Une batterie 105 du 3ème R.A.C. du Capitaine DUBOIS

l'Escadron de Soutien du 12ème Cuirassiers du Lieutenant BESNIER

Un Peloton T.D. M 10 des Fusiliers Marins de l'E.V. JOSSE

Une Section du Génie du Lieutenant BROUSSE

Un Peloton AM M8 du R.M.S.M. du Lieutenant LEBRUN

 

*

Chars du 12ème R.C.A. exposés en France

 

 

Le Sherman "VALOIS" n° 39 détruit à La Croix de Médavy le 13 août 1944, présenté en forêt d'Écouves en Normandie.

 

photo 1

photo 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Équipage :   Chef de char : MDL Louis de TORCY

                  Tireur: Brigadier Gabriel BOURDIL

                  Pilote : Chasseur ROCHETEAU

                  Aide pilote: Chasseur Gaëtan QUILICHINI

                  Radio chargeur : Chasseur Fernand GARCIES 

 

Collection MDL PICHARD de l'Escadron d'Éclairage de la 2ème Brigade Blindée.

 

 

Sherman exposé à Mezieres-sur-Ponthouin en souvenir des combats qui ont eu lieu sur la D6 entre Ballon et Bonnetable le 10 août 1944.

12_RCA_AUBOIN_Lo_c_Sherrman  

                                                                                   Collection L. Auboin

.

Avril 1945 - Le char Sherman "Moghrane" du 2/12ème R.C.A.

12_RCA_Moghrane

                                                                                                         Collection Chars-français.net

.

Juillet 2011 - Ce même char Sherman " Moghrane" du 2/12ème R.C.A.

12_RCA_Moghrane_1

                                                                                                                      Journal l'Union    Collection M. Mériot 

.

Quelques "Sherman" du 12ème R.C.A., qui ont fait partie de la 2ème D.B. et qui ont été détruits au combat, ont été préservés jusqu'à aujourd'hui :

le M4A2 " VALOIS" détruit le 13 août 1944 est présenté dans la forêt d'Écouves.

le M4A3 " CHAMPAGNE" détruit le 13 septembre 1944 est présenté à Ville-sur-Illon.

le M4A2 " CORSE" ayant notamment participé à la bataille de Dompaire est présenté au Musée des Blindés à Saumur.

 

D'autres chars "Sherman" du 12ème R.C.A. sont présentés comme monuments, mais ce ne sont pas les originaux.

le M4 obusier  " MOGHRANE"  se trouve dans une collection privée (voir ci-dessus).

 

http://the.shadock.free.fr/Tanks_in_France/sherman_pala/

.

Concernant le "Marquage" des chars du 12ème RCA pendant la seconde guerre mondiale, je propose ce Site qui l'explique. 

Site chars français

12_RCA_Marquage_des_chars_2DB_copie_2

 

 

Citation Chasseur Roger BASSET du 2ème Peloton, 1er Escadron.

 12_RCA_BASSET_Roger_Citation

Collection André Massot

*

Le Chasseur André BOURNONVILLE était aide-pilote sur le Sherman "LABOURD" du Peloton du Sous-lieutenant d'ARCANGUES, du 4ème Escadron Commandé par le Capitaine HARGOUS. Le "LABOURD" a été incendié le 10 août 1944 à Mézières sous Ballon (Sarthe).

famille BOURNONVILLE

Collection Famille Bournonville
 logomindef Pour retrouver la fiche des militaires décédés lors de la seconde guerre mondiale

 
 

   Cliquer sur les photos pour les agrandir

 

revenir vers la page d'accueil du blog,

d'autres témoignages sont à votre lecture .

 

 

" Les témoins sont le sel d'un pays. De près, ils brûlent la peau, car personne n'a envie de les entendre. Mais ils persistent, solitaires et tristes, accrochés à leur mémoire. Ils attendent leur heure. Ils possèdent la résistance du grain de sable.

C'est la dernière responsabilité qui nous incombe : éviter que nos enfants aient un jour les dents gâtées par les raisins verts de l'oubli. Écrire et raconter, inlassablement, non pour juger mais pour expliquer. Ouvrir la porte à ceux qui cherchent une trace du passé et qui refusent le silence, repiquer chaque matin le riz de nos souvenirs...ne pas lâcher prise, jamais, pour celui qui est demeuré dans le bien et dont l'amour est resté là-bas...".

Hélie de Saint-Marc in Les Sentinelles du Soir.

 

*

 

Posté par auboin à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire